universki
universki
PCO
 
universki

  Actualités  

Rechercher par rubrique : - et/ou - Mois :

JO 2024

Los Angeles et Paris, vainqueurs au conditionnel

[ 19/07/2017 ]

Los Angeles et Paris, vainqueurs au conditionnel

L’image est belle. Un vrai document pour l’histoire. Thomas Bach au centre, entouré par Anne Hidalgo à sa gauche et Eric Garcetti à sa droite. Le président du CIO donnant la main aux maires de Paris et Los Angeles, les bras levés, le visage éclairé d’un sourire de vainqueur. Une pose inattendue, inédite, prise à la tribune de l’auditorium du Swiss Tech de Lausanne, mardi 11 juillet, au terme de la 130ème session du CIO.

Quelques minutes plus tôt, les 77 membres du CIO ont voté à l’unanimité le principe d’un double vote 2024-2028 le 13 septembre 2017 à Lima, à l’occasion de leur prochain conclave. Ils ont adopté sans une seule contestation la proposition préparée le 9 juin dernier par leur commission exécutive. Thomas Bach peut triompher. Son scénario d’un non-choix, évoqué pour la première fois en fin d’année passée, a fait son chemin. L’impossible est devenu réalité. Deux villes olympiques d’un coup, pas un seul perdant, les Américains et les Français récompensés, une décennie de tranquillité… Presque trop beau pour être vrai.

L’image est magnifique. Elle est aussi trompeuse. Certes, les membres du CIO ont suivi comme un seul homme leur président. Mais la résolution adoptée mardi après-midi à Lausanne s’accompagne d’une condition. Et elle n’est pas mince. Pour décrocher les Jeux, en 2024 ou 2028, Los Angeles et Paris devront s’entendre. Il leur faudra trouver un accord afin de se partager les deux événements. Dans le cas contraire, la session de Lima, en septembre, fera marche arrière toute et votera, à l’ancienne, pour une seule ville hôte des Jeux en 2024.

Une nouvelle fois, Thomas Bach et le CIO ont joué gagnant. En confiant aux deux équipes de candidature la tâche de se mettre d’accord, ils se délestent d’un poids et se mettent à l’abri des critiques éventuelles. En cas d’échec des négociations, le dirigeant allemand et l’organisation olympique pourront toujours répondre au battu du suffrage avoir tout essayé pour satisfaire tout le monde.

Dans les deux camps, la nouvelle a été accueillie avec sourires et allégresse. Dans le clan français, Tony Estanguet évoque une « grande journée ». Le coprésident de Paris 2024 explique: « Pour l’instant, nous en sommes où l’on voulait être. J’ai l’impression que ça va marcher. Maintenant, il va falloir se mettre autour de la table ». Anne Hidalgo, la maire de Paris, parle d’un « moment historique ». Elle suggère: « Nous entrons dans une nouvelle étape pour établir un partenariat tripartite. La relation d’amitié qui unit Paris et Los Angeles sera un élément primordial. Nous voulons, nous devons ramener cette flamme à Paris. »

Même confiance en l’avenir côté américain. Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, parle lui aussi d’un « jour historique. » Il évoque l’amitié entre les deux villes. Il assure que la décision du CIO constitue un « pas décisif pour concrétiser le rêve olympique de Los Angeles. » Puis il confie: « Nous sommes impatients de travailler avec le CIO et avec Paris, dans les semaines à venir, pour transformer cette occasion en or en un avenir doré pour les uns et les autres. »

Thomas Bach l’a détaillé mardi soir en conférence de presse: « Un sondage va être effectué auprès des deux villes. Puis il y aura une réunion pour parvenir à un accord tripartite, en espérant l’obtenir en août. Si c’était le cas, il sera rendu public avant la session de Lima le 13 septembre. »

Les discussions ont déjà commencé, dès mardi à Lausanne. Elles se poursuivront ce mercredi, toujours au Swiss Tech, où les deux équipes de candidature ont installé un stand. Los Angeles et Paris doivent y recevoir la visite des membres du CIO en début de matinée, avant d’accueillir les médias présents à la session.

Paris n’a jamais caché sa position, depuis plusieurs mois: 2024 ou rien. A Los Angeles, la stratégie est plus nuancée, les Californiens cherchant à se présenter comme des « partenaires » du mouvement olympique. Une position souvent interprétée comme une ouverture à l’option 2028. A moins qu’ils aient choisi de cacher leur jeu.

Papier signé Francs Jeux




vide

universki
© Universki
| Mentions légales | Contact | Revue de Presse | Liens |
newsletter S’inscrire à notre lettre d’information
Adresse postale : UNIVERSKI - 12 Rue Antoine Saint Exupéry - 25200 MONTBELIARD
Adresse statutaire : UNIVERSKI 16 Rue de Doubs - 25300 PONTARLIER

* Crédits photos : toutes les photos de ce site,
sauf mentions contraires, proviennent de l'Agence Zoom
© 2010 - Création de sites en Bourgogne :Mister Harry