universki
universki
PCO
 
universki
  • photo
    [ 10-12-2018 ]

    Boe et Fillon-Maillet régalent

    Alors qu'il s'acheminait vers une victoire tranquille, le biathlète Norvégien Johannes Boe se rate sur son dernier tir. Quentin Fillon-Maillet et Alexander Loginov recollent pour un final complètement fou...


    Un scénario incroyable

    Johannes Boe, leader du général de la coupe du monde, s'élance en tête sur cette poursuite de Pokljuka avec une 15sec d'avance sur le duo Guigonnat, Loginov.

    Très vite, grâce à sa vitesse sur les skis, il va prendre le large. Malgré une erreur sur son premier tir couché, personne ne semble avoir les armes pour rivaliser avec lui.

    Le Norvégien semble en démonstration et compte une quarantaine de secondes d'avance au moment de débuter son dernier tir debout. Les trois premières cibles tombent très vites et derrière plus rien.

    Peut-être trop certain de l'emporter, il se relâche un peu, perd sa concentration et rate les deux dernières. Antonin Guigonnat, épatant jusque là fait la même chose, mais Alexander Loginov ne rate rien.

    Voilà le Russe qui sort en tête au moment d'aborder la dernière boucle, Johannes Boe le suite et un certain Quentin Fillon-Maillet, revenu depuis la 11e place, se place lui aussi.

    Une dernière boucle inoubliable

    Incrédule et surpris de voir le nouveau N°1 Russe, avec son 19/20, pointer devant ses skis, Johannes Boe met du temps pour comprendre ce qu'il lui arrive. Et ce Loginov, dans un grand jour, c'est un client.

    Le Russe ne lâche rien sur les skis malgré les efforts de Boe et on s'achemine peut-être vers une surprise. Les deux hommes abordent ensemble la dernière montée avant de revenir sur le stade et Loginov chute.

    La fin de course sera cruelle pour le Russe qui terminera 3e à 1.9sec du vainqueur.

    Johannes Boe occupe toujours la tête de la course mais le puissant Fillon-Maillet donne tout. Le Norvégien se retourne souvent, ce n'est jamais bon signe, il donne tout sur la dernière ligne droite.

    Le Jurassien revient, revient, revient tout près de la gagne avant de jeter son ski sur la ligne d'arrivée. La photo finish donnera la gagne au dossard jaune, pour un petit dixième !

    Boe fait la bonne opération

    Le Norvégien empoche son 24e succès en carrière et fait le plein de points. Tout en se sortant d'une situation devenue, par sa faute, très délicate.

    Pendant ce temps son grand rival Martin Fourcade a choisi d'abandonner cette poursuite après le dernier tir. Il occupait alors la 29e place.

    Le septuple vainqueur du globe, parti 24e à 1min15, n'a rien perdu sur les skis durant les deux premières boucles. Mais une erreur sur le premier tir, une autre sur le second, l'empêche de revenir devant.

    Dès la mi-course ses chances de podium et de Top 10 s'envolent et il choisira de mettre la flèche après deux nouvelles erreurs sur le dernier tir. Sa victoire obtenue jeudi sur le 20km semble déjà bien loin.

    Martin Fourcade quitte Pokljuka plein de doutes en ayant déjà épuisé ses deux jokers.

    Quentin Fillon-Maillet exemplaire

    Le Jurassien, 11e du sprint, est finalement passé tout près d'une première victoire en coupe du monde. Il lui manque ce petit dixième, quelques centimètres, pour décrocher ce premier bouquet.

    Partagé entre la déception et la satisfaction, il grimpera avec fierté sur son 9e podium en carrière, tout en terminant une quatrième fois à la deuxième place.

    Alexander Loginov, le grand malheureux du jour, se classe 3e pour un second podium en carrière, six ans après.

    Le Russe semble en position pour jouer une bonne place cet hiver au général.

    Derrière les Autrichiens Eder et Eberhard réussissent une belle remontée avant de terminer 4e et 5e devant le duo Norvégien Tarjei Boe, Henrik l'Abée-Lund.

    Antonin Guigonnat, qui a joué le podium, jusqu'au dernier tir se classe 10e, Simon Desthieux 15e et très belle 16e place pour l'espoir Emilien Jacquelin venu gagner 16 places sur cette poursuite.

    On retrouvera l'équipe de France dans quelques jours sur le site Autrichien d'Hochfilzen pour la seconde étape de la coupe du monde avec un Guigonnat placé à la 3e place du général derrière Boe et Eder.

    Par Mirko Hominal le 09/12/2018

    Photo : Nordic Focus
  • photo
    [ 06-12-2018 ]

    Justine Braisaz : "Je sais ou je veux aller"

    La biathlète Savoyarde a beaucoup appris sur elle même durant une dernière saison en dents de scie. Marquée par son échec aux JO de PyeongChang, elle a mis du temps pour tout remettre à plat...

    Un mois de décembre magnifique

    Il y a tout juste douze mois Justine Braisaz s'est révélé aux yeux du monde entier avec ses deux podiums obtenus à Östersund et surtout sa victoire inoubliable acquise, devant les siens, au Grand Bornand.

    Ces résultats lui donnent logiquement des envies de médailles, une vraie volonté de performer aux JO prévus, juste après en février. Mais malheureusement, elle va manquer son rendez-vous olympique.

    Des JO ratés

    "Je suis arrivée en m’étant certainement déjà tiré une balle dans le pied. Mon fonctionnement est parti à la dérive avant et je l’ai payé lors des Jeux. J’ai manqué d’outils pour réagir." explique t'elle à Sport 24.

    `Et puis j’ai un peu fait l’autruche aussi. Ce n’est pas évident de bien s’entourer et de chercher au bon endroit les bonnes réponses. Avant les Jeux, comme je sentais que quelque chose n’allait pas, je me suis enfermée dans le travail, sauf que ce n’était pas ce dont j’avais besoin.

    J’avais plus besoin d’équilibrer les paramètres dans ma vie. Mais cela m’a permis de mieux apprendre à me connaître.

    Du temps pour remettre les choses à plat

    Une fois l'hiver 2018, la Savoyarde a eu besoin de temps pour souffler, récupérer et comprendre pourquoi l'hiver ne s'est pas entièrement déroulé comme elle le souhaitait.

    Avec l'aide de sa famille, elle analyse calmement et retrouve progressivement de l'envie. L'arrivée du nouveau staff avec Frédéric Jean et Vincent Porret fera le reste.

    Prête pour briller

    Je aborde la saison en étant optimiste et positive. J’arrive de mieux en mieux à me projeter, à être plus lucide sur mes ambitions, à être plus claire avec moi-même sur mes besoins et à m’organiser en conséquence derrière.

    Je débute sereinement cet hiver car la préparation s’est très bien passée. Je sais où je veux aller exactement, et j’assume mes ambitions.

    Après, elles s’accompliront ou pas, mais j’ai la certitude d’avoir suivi le bon chemin. Je suis heureuse de ce que j’ai mis en place. Il y aura encore des creux, mais je pense avoir franchi une marche." conclu t'elle.

    Par Mirko Hominal le 05/12/2018
  • photo
    [ 16-11-2018 ]

    Valentin Chauvin s’illustre à Rovaniemi

    Les fondeurs de l’équipe de France ont disputé un 15 km classique à Rovaniemi, remporté par Alexander Bolshunov. Valentin Chauvin, meilleur tricolore du jour.


    Le Russe Bolshunov en pôle position

    Alexander Bolshunov est en forme à quelques semaines de l’ouverture de la coupe du monde de ski de fond à Ruka. Le fondeur russe a remporté ce jeudi midi le 15 km classique de Rovaniemi où étaient alignés de nombreux Russes, Français et quelques Italiens notamment. Vainqueur du jour après 34’20 mn d’effort, le champion du monde U23 du skiathlon en 2017 et auteur d’un podium sur le mini-tour de Ruka l’an passé a devancé quatorze de ses compatriotes…
    Et notamment Andrey Larkov et Maxim Vyleghzanin, tous deux sur le podium. On retrouve également Yakimushkin, Chevrotkin, Belov ou encore Bessmertnykh dans le top 10 de cette confrontation franco-russe…

    Valentin Chauvin et Jean-Marc Gaillard résistent

    Le meilleur Français est Valentin Chauvin, bon 16e à 1’43 mn du leader. Le fondeur de Haut-Jura ski signe une entrée remarquable dans son hiver après une saison en dents de scie.

    Le Jurassien devance d’un rien son coéquipier de l’équipe de France Jean-Marc Gaillard, toujours aussi fringant à 38 ans. Le douanier des Glières est 17e. On retrouve ensuite les haut-Savoyards Clément Parisse 20e, Damien Tarantola 23e, Adrien Backscheider 27e, Jean Tiberghien 29e ou encore Jules Lapierre 31e…

    A noter que le porteur du dossard numéro 1, Maurice Manificat n’a pas pris le départ de l’épreuve ; « il n’était pas apte ce matin », note le coach. Qui se satisfait toutefois des résultats des Français « pour cette entrée en matière délicate compte-tenu de notre manque de ski et de la concurrence du jour. On continue à travailler », indique François Faivre à Nordic Magazine.
    Les résultats complets

    Par Nordic Magazine le 15 novembre 2018

  • photo
    [ 16-10-2018 ]

    Lætitia Roux met un terme à sa carrière internationale !

    Laetitia Roux, 33 ans, a annoncé ce mardi qu'elle mettait un terme à sa carrière internationale.

    La Haut-Alpine possède l'un des plus beau palmarès du ski alpinisme.

    En effet, elle a été 17 fois championne du monde, elle compte neuf titres de championne d’Europe, une soixantaine de victoires en Coupe du monde, huit globes de cristal et 27 titres de championne de France.

    "La sensation d'avoir apporté quelque chose à la discipline"

    Sur le site internet "la Grande Voix", site d''information long format de la FFME, elle est revenue sur son choix.

    "J'ai la sensation de m'être accomplie sur le circuit de la Coupe du monde, d'avoir atteint mes objectifs sur les plans sportif et personnel.

    Je quitte cette compétition avec une sincère reconnaissance : j’y ai appris énormément et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Durant toutes ces années, j'ai donné le meilleur de moi-même. J'ai même la sensation d'avoir apporté quelque chose à la discipline, une notion d’assiduité peut-être.

    Mais aujourd'hui, mon instinct me pousse à aller explorer d'autres horizons, à vivre de nouvelles expériences.

    J'ai beaucoup travaillé sur moi-même ces dernières années pour savoir ce que je voulais vraiment, pour éviter que mon ego, mon mental ou l'avis des autres n'aient un impact sur moi.

    Cette décision d’arrêter, je l'ai mûrement réfléchie. Je sens qu'elle me vient du cœur, car elle nourrit un sentiment de satisfaction et même d'excitation.

    Et puis, je n’arrête pas complètement le ski-alpinisme, j'ai bien l'intention de m'entraîner encore et de courir quelques courses."

    Source SKI CHRONO / Le DL

    Photo Jocelyn Chavy
     
  • photo
    [ 17-05-2018 ]

    Les Mondiaux de ski alpin 2023 pour Courchevel-Méribel !

    Par Ski Chrono. Le DL

    Courchevel et Méribel organiseront les Championnats du monde de ski alpin du 6 au 19 février 2023. La candidature savoyarde a été retenue ce jeudi lors du Congrès de la Fis à Costa Navarino en Grèce.

    Ils étaient espérés. Ils auront bien lieu en France ! Courchevel et Méribel ont obtenu ce jeudi l’organisation des championnats du monde de ski alpin en 2023. Face à Saalbach (Autriche), qui avait déjà organisé les Mondiaux en 1991, la candidature savoyarde s’est imposée neuf voix à six.

    Le projet français est porté par Courchevel sur la piste des Jockeys pour les épreuves hommes et par Méribel, sur la piste du Roc de Fer pour les dames, comme c'était le cas lors des Jeux Olympiques d'Albertville en 1992. Cette association se démarquait nettement de la candidature de Saalbach qui portait sur un site et même une piste unique, leur principal argument. L'union a fait la force.

    Les deux géantes de Savoie, distantes de 17 km par la route, proposent un dossier au budget de 42 millions d’euros, dont 30 issus des droits TV et du marketing apportés par la FIS, en offrant à la majorité des spectateurs la gratuité du show. La ministre des Sports Laura Flessel a annoncé l’appui de l’Etat à hauteur de 7 millions d’euros et le président Macron a lui-même annoncé son soutien à la FFS au mois d’avril.

    Ce sera la cinquième fois que la France accueille les Mondiaux de ski alpin, après Chamonix (1937, 1962), Grenoble (lors des Jeux Olympiques de 1968) et Val d'Isère en 2009.

    Les derniers Championnats du monde d’alpin, en 2017, avaient eu lieu en Suisse à Saint-Moritz. Les prochains auront lieu à Are, en Suède, en février prochain et les suivants en Italie à Cortina d’Ampezzo en 2021.
     
    "Beaucoup d'émotion"

    Michel Vion (président de la Fédération française de ski) : "Il y a beaucoup d'émotion, c'est une belle victoire. Cela récompense le travail qui est fait depuis deux ans. Et puis quand on est en concurrence avec l'Autriche, ce n'est jamais simple. Mais nous étions favoris, il faut le dire, clairement. La date de 2023 était la bonne date pour nous. Le dossier a été très bien réalisé, avec une délégation qui a fait un malheur ici notamment avec un stand très animé si bien qu'à la fin cette victoire va faire plaisir à beaucoup de gens. Je me projette déjà sur la suite, pour moi ces Mondiaux peuvent être un catalyseur de beaucoup de choses en termes médiatiques, économiques mais aussi en termes d'héritage pour les jeunes générations. C'est l'événement qu'il nous fallait pour entretenir la dynamique. L'ensemble de la délégation ici, près de 45 personnes, peut être fière de ça et tout ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce succès."

    Alexis Pinturault (double médaillé olympique à PyeongChang et licencié à Courchevel) : "C’est vraiment génial. C’était vraiment une belle candidature. Le projet a été bien monté et bien défendu. Les deux stations sont vraiment connectées entre elles."

    Philippe Mugnier, maire de Courchevel : "Ensemble était le slogan de notre candidature. Ensemble, nous voulons vous remercier pour votre choix. Nous vous promettons de vous offrir le meilleur du ski. Nous allons vous montrer le meilleur de la France et une expérience incroyable. Ensemble, nous sommes plus fort pour rêver plus grand."

    Plus d'info ici...

    Jonathan Gaillard, à Costa Navarino (Grèce)

     

BIATHLON

photo

[ 10-12-2018 ]

Makarainen et les Savoyardes frappent fort

BIATHLON

photo

[ 10-12-2018 ]

Martin Fourcade fait le point

SKI DE FOND

photo

[ 09-12-2018 ]

Les fondeurs Tricolores flirtent avec le podium

adhesion
Suivez les courses en live
Découvrez notre vidéotheque et notre phototheque
accès membres
accès membres
universki
© Universki
| Mentions légales | Contact | Revue de Presse | Liens |
Adresse postale : UNIVERSKI - 3 Rue du Monument 25750 DESSANDANS
Adresse statutaire : UNIVERSKI 16 Rue de Doubs - 25300 PONTARLIER

* Crédits photos : toutes les photos de ce site,
sauf mentions contraires, proviennent de l'Agence Zoom
© 2010 - Création de sites en Bourgogne :Mister Harry