Universki, ski nordique, ski de fond, saut, combiné nordique, biathlon

universki
universki
PCO
 
universki
  • photo
    [ 25-03-2017 ]

    Un premier titre pour Quentin Fillon-Maillet

    Quentin Fillon-Maillet a décroché son premier titre de champion de France en remportant la mass-start de Bessans. En l’absence de Martin Fourcade, retenu à la maison pour obligations familiales après la naissance de sa deuxième fille, cette épreuve était relativement ouverte entre les sociétaires de l’équipe de France et les coureurs du circuit IBU.

    Le Jurassien n’a pas manqué l’occasion d’étoffer son palmarès d’un titre national en surfant sur sa bonne forme en skis du moment. Offensif sur le pas de tir, décochant ses balles comme des flèches, le Jurassien s’est amusé et ça a payé.

    Il devance Simon Fourcade qui s’était imposé sur les pistes de Méribel l’an passé. Clément Dumont complète ce podium après une course solide. Le Chamoniard, pas épargné par les blessures cette année, a signé un retour remarqué sur la scène française.

    Chez les U21, Martin Perrillat-Bottonet ajoute un nouveau titre à sa collection en devançant Guillaume Munoz et Morgan Lamure.
    Source Nordic Magazine



  • photo
    [ 24-03-2017 ]

    Casey Wasserman, un tweet qui en dit long…

    Le CIO le sait. Il n’est pas le seul. Les Jeux olympiques sont entrés dans l’ère du digital. Ils n’en sortiront plus. La tendance est vraie pour l’événement lui-même, mais elle tend aussi à le devenir pour les campagnes de candidature. Elles se jouent toujours en coulisses, comme dans le passé, mais sans se priver de s’inviter sur les réseaux sociaux.

    Casey Wasserman se révèle peu actif sur Twitter, où il compte pourtant plus de 30 000 suiveurs. Le président de Los Angeles 2024 s’y exprime peu, rarement plus d’un fois par jour. Un goût pour l’économie qui donne un certain poids à ses tweets, surtout lorsque le Californien s’aventure sur le terrain du sujet le plus débattu du moment dans le mouvement olympique, l’option d’un double vote 2024-2028 lors de la prochaine session du CIO, le 13 septembre à Lima.

    Officiellement, la position des équipes de candidature de Los Angeles et Paris est claire, ferme et sans nuance: elles veulent les Jeux en 2024, seulement en 2024. Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, l’a encore répété en début de semaine. Tony Estanguet, le co-président de Paris 2024, l’a martelé le lendemain depuis Londres: « Nous ne pouvons pas accepter 2028. Ce n’est tout simplement pas possible. » Pigé. Compris.

    Casey Wasserman ne dit pas le contraire. Mais le Californien se montre nettement moins catégorique. « A ce moment critique, la stratégie 24/28 du CIO est intelligente si la ville de 2024 apporte des nouvelles idées, de la stabilité et le moins de risques possible pour les 7 prochaines années », a-t-il twitté jeudi 23 mars en fin de journée. En précisant: « C’est LA 2024 ».

    VOIR TWEET CI-APRES...

    Le patron de la candidature californienne serait-il en train d’ouvrir la porte à ce double vote tellement discuté, débattu et contesté depuis ces derniers mois? Pas si vite. Casey Wasserman ne se prononce pas en faveur de l’option brandie par le CIO, loin de là. Il fait campagne, rien de plus. Il profite de la circonstance pour mettre une nouvelle fois en avant les atouts suggérés par le dossier américain, innovation, solidité économique, risque zéro. Il n’empêche, sa position se révèle moins catégorique, plus nuancée, que les voix entendues ces derniers jours dans son propre camp ou dans celui de Paris.

    Hasard ou pas, allez savoir, mais le tweet de Casey Wasserman a été posté moins de deux jours après la publication sur le site du Los Angeles Times d’un article consacré à ce double vote 2024-2028. Le journaliste américain en charge du dossier olympique, David Wharton, y interroge un expert des candidatures, Jules Boykoff, professeur à la Pacific University dans l’état voisin de l’Oregon. L’universitaire suggère que, derrière le refus de façade des équipes de Los Angeles et Paris d’une option 2024-2028 en septembre à Lima, se cachent peut-être en coulisses des discussions d’une autre nature, moins tranchées et plus ouvertes.

    Surtout, Jules Boykoff se montre sceptique sur les arguments avancés par les deux camps, à savoir qu’il serait « impossible » de se voir accorder lors de la session de Lima l’organisation des Jeux d’été en 2028. « L’argument avancé par les deux camps selon lequel 2028 serait impossible ne me semble pas convaincant, explique le professeur américain. Au contraire, avoir plus de temps devant soi peut se révéler très positif. » Pas faux.

    A moins de six mois du vote, la campagne est en train de prendre une tournure très inattendue, mais ô combien passionnante. Contre toute attente, Los Angeles et Paris se retrouvent avec un seul adversaire, contraintes à une stratégie de duel. Mais il leur faut, dans le même temps, composer avec un CIO à la volonté difficilement imaginable en début de course de faire deux vainqueurs et pas un seul perdant. Une partie de billard à trois bandes à l’extrême complexité.
  • photo
    [ 16-03-2017 ]

    Morzine accueille le Tournoi de ski des Douanes

    Du 20 au 24 mars, la station de Morzine accueillera le 64e Tournoi international de ski des Douanes, une compétition ouverte aux athlètes sous contrat avec l’institution.

    Organisé en France tous les cinq ans, c’est la première fois que la station du Chablais reçoit les meilleurs skieurs des nations alpines (Allemagne, Autriche, Suisse, Italie et France), et ce juste après les championnats du monde.

    Mardi 21 mars, la cérémonie d’ouverture se tiendra à 18 heures sur la place de l’office de tourisme.

    En nordique, Maurice Manificat, Jean-Guillaume Béatrix, Adrien Backscheider, Jean-Marc Gaillard (en photo), Marie Dorin-Habert, Justine Braisaz et Anaïs Chevalier défendront les couleurs tricolores. En face d’eux, il y aura Simon Schempp, Miriam Goessner, Roland Clara, Selina Gasparin ou encore Martin Jaeger. Les militaires tricolores, dont Martin Fourcade, ont également été invités.

    Au programme, mercredi, sur la piste de l’Erignée, un 5 km libre individuel dames et un 10 km libre individuel hommes. Jeudi, place aux différents relais, avant la cérémonie de clôture.

    Source Nordic Magazine
     
  • photo
    [ 15-03-2017 ]

    U.SPORTS UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTE

    Partenaire d'Universki / Olymp'


    L'organisation va dorénavant développer et piloter ses activités en collaboration avec son nouveau partenaire U.SPORTS Université de Franche-Comté.

    http://u-sports.univ-fcomte.fr/pages/fr/formation---offre-de-formation---master-management-du-sport-18964.html





    Des athlètes olympiques ambassadeurs d'Universki soutiennent le Master Management du Sport de Besançon.

    De gauche à droite sur la photo :

    Fabrice GUY, champion olympique aux Jeux de 1992 à Albertville en combiné nordique
    Éric MONNIN, responsable des stages du Master – UPFR Sports / Université de Franche-Comté
    Sébastien HAISSAT, responsable du Master – UPFR Sports / Université de Franche-Comté
    Yves BLONDEAU, double sélectionné olympique, Président d’Universki
    Didier FAIVRE-PIERRET, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 1992 à Barcelone en cyclisme


BIATHLON

photo

[ 25-03-2017 ]

Un double titre pour Justine Braisaz

SKI DE FOND

photo

[ 25-03-2017 ]

Maurice Manificat en patron du skiathlon

SKI NORDIQUE

photo

[ 24-03-2017 ]

Victoire des deux relais français

Tournois des 6 nations (Douanes)

AGENDA
4e Edition Ornans

[ 10/02/2017]

4e Edition Ornans

30 juin et 1er juillet 2017

+ de détails. . .
Suivez les courses en live
Découvrez notre vidéotheque et notre phototheque
accès membres
adhesion
accès membres
universki
© Universki
| Mentions légales | Contact | Revue de Presse | Liens |
Adresse postale : UNIVERSKI - 12 Rue Antoine Saint Exupéry - 25200 MONTBELIARD
Adresse statutaire : UNIVERSKI 16 Rue de Doubs - 25300 PONTARLIER

* Crédits photos : toutes les photos de ce site,
sauf mentions contraires, proviennent de l'Agence Zoom
© 2010 - Création de sites en Bourgogne :Mister Harry